Aujourd'hui n'est jamais un jour comme les autres

10 août 1792 : Chute de la monarchie en France

10 août 1792 : Chute de la monarchie en France

La journée du 10 août 1792 a été qualifiée par certains historiens de « Seconde Révolution ». En effet, cette date, peu connue, fait partie de celles qui ont marqué la Révolution française. Cette journée sanglante et historique marque, en fait, la chute de 1 000 ans de monarchie en France.

Le contexte

Suite à la rupture croissante entre le peuple et le roi de France Louis XVI, le pouvoir de ce dernier s’est fortement dégradé. En Juin 1791, le roi, accompagné de sa femme Marie-Antoinette et de leur famille immédiate tentèrent alors de faire une fuite, de rejoindre le bastion royaliste de Montmédy et de lancer une contre-révolution. Mais cette évasion manquée discrédite fortement de roi. Ce dernier, accompagné de sa femme et de leur famille sont alors assignés à résidence au Palais des Tuileries et surveillés par le peuple. Pourtant, afin de restaurer son autorité, le roi comptait sur l’aide des armées étrangères. Furieux envers la monarchie, le peuple parisien aspire à une république et se prépare à une nouvelle journée de révolution.

La prise des Tuileries

A Paris, dans la nuit du 9 au 10 août 1792, le tocsin commence à sonner aux clochers. Au matin, une foule de sans-culottes se rassemblent aux abords du siège du pouvoir exécutif, le palais des Tuileries. La défense de celui-ci avait déjà été préparée. Plus de 950 gardes suisses et près de 2 000 à 3 000 gardes nationaux étaient présents sur les lieux. Toutefois, ces derniers, accompagnés des canonniers, se sont vite ralliés du côté des insurgés. La foule des Parisiens insultent également le roi. Apeuré, celui-ci, suivi de sa famille, cherche alors refuge au sein de l’Assemblée.

Pendant ce temps, le palais est assailli. Les gardes suisses se mettent à tirer sur les insurgés. Le roi ordonne, mais tardivement, le retrait des gardes suisses. Aidés par les Bataillons des Fédérés de Brest et ceux de Marseille, les sans culottes et les gardes nationaux, qui se sont ralliés, gagnent finalement le combat.

Des pertes en vies humaines et la fin de la monarchie

Cette journée ensanglantée a fait plus de 650 morts au combat chez les gardes-suisses. 300 d’entre eux se sont faits prisonniers, dont 200 sont morts en prison des suites de leur blessure. Plus de 200 aristocrates et gens de maison ont également perdu la vie durant cette prise des Tuileries. Chez les insurgés, cette journée révolutionnaire a fait 200 à 400 morts.

La suspension du roi a alors été prononcée par l’Assemblée législative. Cette journée du 10 août 1792 marque alors l’effondrement de la monarchie française millénaire.

Crédits photo: https://en.wikipedia.org

facebooktwittergoogle_plus