Aujourd'hui n'est jamais un jour comme les autres

La mort de Jean Moulin

La mort de Jean Moulin

Jean Moulin est une figure emblématique de la résistance française au cours de la Seconde Guerre mondiale. Cet illustre personnage a organisé et unifié la résistance à l’intérieur du CNR.

L’enfance de Jean Moulin

Né le 20 juin 1899 à Béziers, Jean Moulin a été élevé au sein d’une famille d’érudits. Au cours de son enfance, il a développé des fortes aptitudes pour le dessin. Il obtient son baccalauréat en 1917 et part poursuivre des études de droit à l’université de Montpellier. À la même époque, il travaille déjà au cabinet du préfet de l’Hérault. Jean Moulin évite de justesse de partir pour le front en 1918, car il n’est mobilisé qu’au crépuscule de la Première Guerre mondiale. Il reprend ses études en 1919 et obtient sa licence en 1921.

Jean Moulin, le politicien précoce

Jean Moulin vouait un énorme intérêt pour la politique depuis son jeune âge. De nombreux récits ont démontré que Jean Moulin devait son penchant pour le socialisme de son père. Les idéologies politiques de ce dernier ont grandement influencé Jean Moulin qui s’est ensuite tourné vers la voie républicaine. Très impliqué dans l’organisation du pays, Jean Moulin devenait en 1925 le plus jeune sous-préfet de France, d’abord à Albertville, et ensuite à Châteaulin.
Politicien passionné, Jean Moulin s’est beaucoup investi dans ses fonctions. Il n’a jamais divergé de ses opinions politiques, si bien qu’en 1936, il est élu chef du cabinet du Ministère de l’Air du Front populaire. C’est ce qui explique pourquoi il a soutenu les républicains au cours de la guerre civile espagnole. En 1937, il accédait à la fonction de préfet d’Aveyron. Une nouvelle fois, il était le plus jeune français à exercer cette fonction.

Jean Moulin, l’unificateur de la résistance

En 1939, Jean Moulin est amené à occuper le poste de préfet de Chartres. Au début de l’invasion allemande, il a demandé à être incorporé dans l’armée sous le grade de sergent de réserve, mais l’administration de l’époque l’a maintenu à la préfecture. Patriote, Jean Moulin n’a jamais accepté de collaborer avec le gouvernement de Vichy. Plusieurs fois, il a tenu tête à l’occupant, et plusieurs fois, il a été emprisonné et torturé.
En 1941, Jean Moulin a réussi à se rendre à Londres, où il s’est vu confier la lourde tâche d’unifier la résistance française par le Général de Gaulle. Le 21 juin 1943, il est arrêté par la Gestapo en compagnie d’autres figures de la résistance. Il a trouvé la mort pendant sa déportation en Allemagne, le 8 juillet 1943.

Crédits photo: https://commons.wikimedia.org

facebooktwittergoogle_plus