Aujourd'hui n'est jamais un jour comme les autres

28 mars 1882 : Loi de Jules Ferry sur l’enseignement obligatoire et laïc

28 mars 1882 : Loi de Jules Ferry sur l’enseignement obligatoire et laïc

Les lois de Jules Ferry édictées en 1882 rendent l’enseignement primaire obligatoire pour les garçons et les filles âgés entre 6 et 13 ans. Ce fut le début de l’école publique gratuite et laïque.

État des lieux avant les lois de Jules Ferry

Avant la promulgation de ces lois, l’enseignement primaire était principalement dirigé par l’Église catholique. Toutefois, dès 1872, le ministre Condorcet proposa dans le dossier qu’il a intitulé Rapport et projet de décret sur l’organisation générale de l’instruction publique que le système éducatif soit séparé de toute portée religieuse. Ce rapport prônait l’égalité des garçons et des filles dans l’éducation. En 1873, l’obligation et la gratuité de l’enseignement primaire ont été établies, mais le projet fut rapidement abandonné.

Au XIXe siècle, l’enseignement public a connu un bond considérable en France.  Napoléon créa les premières universités et les premières écoles supérieures. En 1833, la loi Guizot sur l’instruction primaire exigeait l’entretien d’une école primaire pour chaque commune. Néanmoins, la loi Guizot rappelait que « l’instruction primaire est privée ou publique ». Il en est de même pour la loi Falloux de 1850 qui a établi la liberté de l’enseignement secondaire en plaçant des ecclésiastiques à tous les niveaux de l’administration scolaire. Cela n’a fait que renforcer le contrôle de l’église sur l’éducation.

La laïcité de combat

La laïcité de combat est apparue entre les années 1870 et 1880. Il s’agit d’une succession de mesures de laïcisation des institutions sur lesquelles l’église avait une mainmise totale, à l’exemple des hôpitaux. Les républicains estiment que la condition indispensable à la formation de citoyens éclairés ne peut aboutir qu’avec la création des écoles publiques et laïques.

Les premières lois scolaires ont d’abord touché l’éducation dédiée aux filles.  Dès 1879, une loi impose à chaque département d’entretenir une école normale d’institutrices. En 1880, la loi Camille Sée met en place des collèges et des lycées pour filles qui exclut l’enseignement religieux durant les heures de classe.

En 1881 et 1882, Jules Ferry, alors ministre de l’Instruction publique décide de remanier l’enseignement primaire. Pacificateur de nature, Jules Ferry adresse aux enseignants un circulaire dans lequel il mentionne que ces lois ne sont pas des lois de combat, mais des « grandes lois organiques destinées à vivre avec le pays ». La loi de Jules Ferry a pour corollaire : la laïcité des programmes scolaires, le remplacement de l’enseignement religieux par l’éducation morale et civique et les vacances d’écoles qui permettent aux enfants de suivre un enseignement religieux en dehors de l’enceinte de l’école.

facebooktwittergoogle_plus